Le Ginkgo Biloba

Arbre aux caractéristiques étonnantes, le Ginkgo Biloba nourrit de nombreuses légendes et anecdotes. Pour autant, son étude botanique et symbolique reste la plus intéressante.

Sa capacité d’adaptation est remarquable. Apparu il y a 310 millions d’années, le Ginkgo Biloba existe encore aujourd’hui, en Asie, en Europe et aux Amériques. Les premiers gingkopsidés échappèrent à la raréfaction de l’humidité atmosphérique, dont ils dépendaient, par l’évolution de leur principe de fécondation (du spore à l’ovule pour développer une graine). Puis, les sècheresses et glaciations qui se succédèrent feront disparaître 90% des espèces animales et végétales existantes et se développer les plantes à fleurs ou angiospermes. Ces fléaux de deux types affecteront totalement la classe des gymnospermes sauf le Ginkgo Biloba. Les dernières glaciations le poussèrent au sud du globe et l’apparition des chaînes de montagnes d’Asie et d’Europe confinera les derniers spécimens en Asie et Amériques. Ce n’est qu’au 17ème siècle que le Ginkgo Biloba fera un retour progressif en Europe.

L’aspect symbolique est, lui aussi, fondé sur la notion de symbiose. Issu du chinois, le nom de genre Ginkgo Biloba signifie « abricot d’argent ». Un bouquet ou une liasse de feuilles désigne l’ensemble d’une collectivité, unie dans une même action et une même pensée. Dans ce contexte, la feuille seule propose le sens d’un dédoublement, d’une autre facette de la personnalité orientée vers le bien collectif. Le Ginkgo Biloba est le symbole du bénévolat, un acte volontaire unipersonnel mettant au service des autres l’ensemble des qualités dont on dispose et non, exclusivement, celles que l’on attend de nous.

Dernières actualités

Prévisions générales de l'emploi en France

L'arrivée en fin de carrière de la géné­ration du baby-boom va profondément ...

 

La France pousse le solaire mais encadre l'éolien

Chaque région sera dotée d'au moins une centrale photovoltaïque d'ici 2011, a annoncé lundi ...