Eolien Marin

6.000. C'est le nombre d'emplois promis par le consortium constitué autour de GDF Suez s'il est retenu à l'issue du premier appel d'offres français en faveur de l'éolien marin. «Cela représente 6.000 emplois directs et indirects durant la phase de construction», a expliqué Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez au cours d'une conférence de presse au Havre aux côtés de ses partenaires (Areva, Vinci et la Caisse des dépôts infrastructure).

Le consortium veut créer une base d'une cinquantaine d'hectares sur l'ancien quai aux transatlantiques du Havre, d'où il pourrait organiser l'aménagement des champs projetés au large de Courseulles-sur-mer dans le Calvados, de Fécamp et du Tréport en Seine-Maritime. Cette base pourrait comprendre deux usines Areva, l'une pour la fabrication de pales et l'autre de nacelles, et une troisième de Vinci pour réaliser une partie des fondations. Elle s'appuierait également sur les compétences des entreprises locales dont 80 ont déjà rencontré le consortium.

Plus précisément, le consortium prévoit d'investir de 2,5 à 3 milliards d'euros par site. Chacun des trois sites devrait être composé d'un parc d'environ 125 éoliennes fournissant quelque 600 à 700 MGW, soit quasiment l'équivalent d'un réacteur nucléaire.

Le président du directoire d'Areva, Luc Oursel, a souligné que ces usines pourraient travailler à l'export en particulier au large des côtes britanniques où de nombreux projets sont annoncés. «Il ne s'agit pas simplement de répondre à un appel d'offres mais aussi de créer une filière industrielle dans un secteur appelé à croître fortement», a-t-il affirmé.

Luc Oursel, dont l'entreprise possède déjà une base en Allemagne, a toutefois conditionné la réalisation de ces projets au résultat de l'appel d'offres. «Il n'y aura pas de base industrielle en France si nous n'obtenons pas au moins deux champs», a-t-il déclaré.

C'est le 11 juillet dernier qu'avait été portant sur un total de 600 éoliennes, soit une dizaine de milliards d'euros d'investissements répartis sur les trois champs normands et deux autres projetés au large de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Le gouvernement doit faire son choix dans les prochaines semaines parmi la dizaine de groupements qui ont fait acte de candidature.

 

LES ECHOS

Autres actualités

Cadres en Informatique : les grandes entreprises ont creé la plupart des postes

Plus que jamais, les cadres de l'informatique vont devoir s'orienter vers les grandes entreprises pour leur recherche ...

 

Comment la hausse des carburants plombe l'emploi

Comment la hausse des carburants plombe l'emploi Quel rapport entre la flambée des prix à la pompe et le ...

 

EADS fabrique des pales

Deux filiales du groupe aérospatial et de défense EADS se sont associées pour développer et ...

 

Prévisions générales de l'emploi en France

L'arrivée en fin de carrière de la géné­ration du baby-boom va profondément ...